Homme Rocher Faucon

Qu’il soit en surplomb, fissuré, rugueux ou lisse – le rocher attire de plus en plus de passionnés de l’escalade en pleine nature. De nouvelles voies sont spittées, les mousquetons cliquent, les cordes frottent, le magnésium vole, et quelques déchets sont oubliés çà et là. La pratique de l’escalade peut nuire à la nature, mais ce n’est pas une fatalité. Pour respecter le milieu dans lequel on évolue avec son baudrier et ses chaussons d’escalade, il est important de bien le connaître.

Le saviez-vous ?

Le maillot avoine, un petit escargot qui peuple les rochers calcaires, peut survivre sans eau jusqu’à un an sous les rochers en surplomb. Les vipères et les couleuvres aiment se lover dans les éboulis au pied des parois rocheuses. Un feu sous un rocher en surplomb peut anéantir toute une colonie de chauves-souris. Lorsqu’en nettoyant le rocher on arrache une petite plante appelée poivre de muraille, l’apollon, un papillon menacé d’extinction, ne trouve plus de nourriture. Il y a plus d’êtres vivants qu’on ne le croit sur et autour des rochers !

Plaisir de la grimpe et respect de la nature

La brochure « Mensch, Fels, Falke » (Homme, Rocher, Faucon) s’adresse aux formateurs. On y trouve toutes sortes d’informations sur le milieu rocheux, mais aussi sur les espaces protégés, ainsi que les bases juridiques de la pratique de l’escalade. Elle montre comment sensibiliser les participants de façon ludique. Il suffit de peu de choses : remplacer l’emballage en plastique par une boîte tupperware, utiliser des mousquetons à vis pour les moulinettes, se déplacer en transports publics ou en covoiturage. Les nombreuses idées de jeu promettent de bonnes parties de rigolades pendant les cours d’escalade – et pas seulement pour les enfants !

Vous pouvez commander la brochure ici.

Liens complémentaires :