Équipement

Pour Mountain Wilderness Suisse, le débat sur les pratiques sportives respectueuses de la nature doit être abordé de façon très large. Le respect de la nature ne commence pas seulement au départ de la randonnée, mais bien avant. Le public est de plus en plus attentif aux matériaux qui composent les équipements de sport et aux conditions de fabrication. Tout ce que nous utilisons dans nos activités de plein air n’est pas respectueux de l’environnement, loin de là.

La position de Mountain Wilderness Suisse :

  • Less is more : cela n’a aucun sens de mettre à la poubelle toutes nos vestes en PFC* après la dernière campagne de Greenpeace, afin d’acheter un nouveau produit « écolo » et symbole de statut social. Les produits déjà achetés doivent être utilisés le plus longtemps possible, réparés au besoin et recyclés ou éliminés en bonne et due forme en fin de cycle de vie. On peut aussi faire ses achats dans l’une des nombreuses bourses aux articles de sport d’occasion.
  • Consommer informé : il y a de grosses différences entre les marques et les labels, que ce soit au niveau des standards de production, des pays producteurs ou de la responsabilité sociale de l’entreprise. Nous devons être conscients de ce qui se cache derrière notre matériel de montagne. Pour les vêtements, par exemple, certains portails apportent un éclairage utile sur la question (voir liens complémentaires).
  • Réfléchir avant d’acheter : le secteur outdoor pratique actuellement une véritable surenchère en matière d’offre. En tant que consommateurs, nous devons nous demander si la veste en gore-tex 3 couches dernier cri est vraiment nécessaire ou si un produit plus simple est suffisant.
  • Choix des matériaux : ici les choses deviennent vraiment compliquées. Les matières premières dites écologiques comme la laine ou le coton bio ne sont pas toujours le meilleur choix en terme d’empreinte écologique. Les T-shirts en laine de mérinos, par exemple, sont critiqués en raison des conditions d’élevage qui ne respectent pas le bien-être des animaux. Pour fabriquer un T-shirt en coton, on a besoin de plusieurs milliers de litres d’eau. Des produits fabriqués à partir de fibres recyclées peuvent avoir de meilleurs résultats. Nous vous renvoyons ici au point 1.

Ce que nous faisons :

  • Information : nous revenons régulièrement sur cette thématique dans notre revue bisannuelle « Wildernews ».
  • Sensibilisation : nous effectuons un travail de communication ciblé pour attirer l’attention sur les équipements destinés aux sports de montagne, notamment dans notre revue «Wildernews» et dans notre newsletter.