Cabanes

Mountain Wilderness Suisse se mobilise pour que les cabanes ne menacent pas l’expérience de la nature, mais au contraire la renforcent de manière durable. Qu’elles soient exploitées par le CAS ou par des particuliers, les cabanes relèvent fondamentalement d’un tourisme doux et respectueux de la nature. L’évolution qui voit se multiplier dans les montagnes des hébergements indépendants toujours plus sophistiqués est cependant problématique. Les cabanes de montagne sont situées dans un environnement beaucoup plus sensible que les hébergements en plaine.

La position de Mountain Wilderness Suisse :

  • Accessibilité et équipement : les cabanes doivent fonctionner de manière rentable. Nombre d’entre elles privilégient de ce fait les touristes à la journée. Ceux-ci ont des exigences bien différentes de celles des alpinistes en matière d’accessibilité. Les sentiers sont élargis, on aménage les accès avec des escaliers ou des ponts suspendus, en prenant souvent pour prétexte la sécurité. Mountain Wilderness Suisse porte un regard critique sur ces aménagements.
  • Approvisionnement et gestion des déchets : la plupart des cabanes de montagne sont situées dans des zones de montagne sensibles qui ne sont pas raccordées à des infrastructures d’approvisionnement et d’élimination des déchets. Elles ont besoin de solutions spécifiques, que ce soit pour l’approvisionnement en nourriture et en eau potable, pour la production d’énergie ou pour la gestion des eaux usées et des déchets. La plupart du temps, ces solutions ne sont pas compatibles avec le nombre croissant de visiteurs, et elles sont très gourmandes en énergie, en particulier au niveau des transports. Mais il existe aussi des exceptions louables : certaines cabanes coopèrent par exemple avec l’armée et effectuent leurs transports avec des animaux de bât de l’armée. D’autres font appel à des mulets ou pratiquent la « Hüttenträgete » (corvée de transport) : une fois par an, les marchandises sont montées à la cabane à dos d’homme. En tant que visiteurs, nous pouvons nous aussi jouer un rôle décisif. Il suffit d’un petit geste : demander si nous pouvons monter quelque chose ou ramener des déchets dans la vallée. Si tout le monde en faisait autant, une partie du problème serait résolue.
  • Changement climatique : de nombreuses voies d’accès aux cabanes et les cabanes elles-mêmes sont menacées par le changement climatique. Fait ironique, les investissements pour lutter contre le recul des glaciers et autres vont souvent de pair avec des investissements pour améliorer le confort. La politique de l’aménagement à tout crin soulève de nombreuses questions : quand un investissement peut-il assurer la survie d’une cabane de montagne ? Et quand arrive le moment où nous devons renoncer à exploiter une cabane par respect pour le paysage de montagne ? Mountain Wilderness Suisse demande que le thème tabou de la fermeture de cabanes de montagne soit discuté. Il n’y a pas ici de règle générale : les problèmes doivent être discutés au cas par cas.
  • Insertion dans le paysage: les cabanes doivent s’orienter en premier lieu sur leur fonction première, qui est d’abriter. Cela n’exclut pas bien sûr une bonne architecture, mais les cabanes doivent être intégrées le mieux possible dans le paysage naturel. Les discussions sur les projets de construction doivent être menées avec plus de précaution que dans un environnement urbain.
  • Cabanes toujours plus confortables : c’est clair, personne n’a quelque chose contre une bière fraîche à la terrasse d’une cabane après une longue randonnée. Mais où sont les limites ? Mountain Wilderness Suisse pense qu’il est important qu’il y ait encore des hébergements simples dont l’objectif premier n’est pas commercial. Ces hébergements constituent un véritable contrepoids au rythme effréné de nos sociétés, où tout doit être disponible tout de suite. Il faut préserver les bivouacs et les cabanes simples : ils sont un échappatoire à notre vie quotidienne, nous offrent un espace d’expérience unique et ont en même temps une valeur culturelle et historique.
  • Fonctionnement : Mountain Wilderness Suisse pense que les cabanes de montagne doivent continuer de s’orienter essentiellement sur leur fonction première : proposer un hébergement pour l’ascension de sommets inaccessibles en une journée. Elles ne sont qu’en second lieu des buts d’excursion, en fonction de leur situation.

Ce que nous faisons :

  • Information : nous abordons régulièrement cette question dans notre revue bisannuelle « Wildernews », et faisons tous les deux mois le point sur l’actualité dans notre newsletter.
  • Recours : lorsque des projets d’aménagement de cabanes ou d’aménagement d’accès à des cabanes sont en infraction avec la législation, Mountain Wilderness Suisse fait usage de son droit de recours et engage des actions ciblées contre les infrastructures inutiles et néfastes pour l’environnement.
  • Publications : avec la publication de « keepwild! Guide alternatif des cabanes », nous avons présenté en 2015 un choix de cabanes exceptionnelles qui sont restées très simples. Toutes ces cabanes permettent de séjourner dans des lieux magnifiques et sauvages dans des conditions de confort appropriées. Notre guide des cabanes ne prétend pas à l’exhaustivité, mais veut encourager à réfléchir et à imiter.
  • Actions : dans le cadre d’événements tels que les keepwild! climbing days ou les « Marches pour le Silence », nous dormons toujours dans des cabanes répondant à des standards de durabilité élevés, et nous apportons autant que possible notre nourriture nous-mêmes. Dans le cadre des rassemblements « Silence », nous construisons nous-mêmes nos bivouacs ou nos igloos pour la nuit.