Bloc

Mountain Wilderness Suisse s’engage pour une large culture de l’escalade en Suisse – le bloc en fait partie. Cette pratique ludique de l’escalade est devenue de plus en plus populaire ces dernières années et attire de nombreux sportifs sur les rochers et dans la nature. Avec un peu de bon sens et de respect, le bloc peut aussi être exercé dans le respect de la nature.

La position de Mountain Wilderness Suisse :

  • Comportement individuel : le bloc n’est forcément incompatible avec la protection de la nature. Ce qui est décisif, c’est la manière dont nous pratiquons ce sport. Les règles sont les mêmes que pour l’escalade (voir aussi notre position sur l’escalade ou la brochure « Homme, Rocher, Faucon ») : voyager en transports publics ou en covoiturage, utiliser les voies de montée et de descente existantes, préserver les plantes et les lieux de nidification, respecter les règles de protection existantes et les limitations d’usage, et garder la zone de bloc propre. Pour le bloc, il y a aussi une règle spécifique : utiliser le magnésium avec parcimonie et nettoyer les prises après usage.
  • Flore des blocs erratiques : il y a plus de 15 000 ans, les glaciers de l’ère glaciaire ont transporté des blocs erratiques dans les plaines. Ces blocs ont souvent une composition et des propriétés très différentes des rochers environnants. Les blocs erratiques riches en silicates, en particulier, abritent des fougères, des mousses et des lichens caractéristiques qu’on ne trouve nulle part ailleurs sur le Plateau et dans le Jura où dominent les roches calcaires. La doradille du nord, par exemple, est une fougère menacée d’extinction en Suisse. Les grimpeurs de blocs doivent donc veiller à ne pas nettoyer la roche et à éviter les zones où pousse ce végétal. Un travail de recherche est actuellement mené à ce sujet à l’Université des sciences appliquées de Zurich (ZHAW).

Ce que nous faisons :

  • Information : nous revenons régulièrement sur la question des pratiques sportives respectueuses de la nature dans notre revue bisannuelle « Wildernews », et faisons tous les deux mois le point sur l’actualité dans notre newsletter.
  • Sensibilisation : nous effectuons un travail de communication ciblé pour attirer l’attention sur les pratiques sportives respectueuses de la nature, par le biais d’interviews dans les journaux, à la radio et à la télévision, dans notre revue «Wildernews» et dans notre newsletter. Nous soutenons également et encourageons les projets qui visent à combiner les sports de nature et l’utilisation des transports publics. L’application proposée par le site Bimano.ch, par exemple, donne une excellente vue d’ensemble des zones de bloc dans toute l’Europe et décrit entre autres comment y accéder en transports publics.
  • Actions : dans le cadre de nos keepwild! climbing days annuels, nous insistons sur la nécessité de voyager de la façon la plus écologique possible pour protéger le climat. Nous réduisons notre empreinte écologique en voyageant systématiquement en transports publics ou en pratiquant le covoiturage, en proposant des repas végétariens et en compensant les émissions de CO2 inévitables avec notre partenaire d’événements myclimate. Pour tous nos partenaires d’événements, que ce soit pour les T-shirts utilisés pendant nos actions ou autres petits articles, nous veillons à coopérer avec des entreprises engagées de façon crédible dans une démarche durable. Nous communiquons ces efforts de façon active et sensibilisons ainsi les participants.

Liens complémentaires :