Stop Offroad

Le silence fait partie intégrante de l’expérience de la montagne. Les alpages et les forêts sont des zones de tranquillité précieuses, tant pour la faune sauvage que pour les hommes. Or, ces espaces sont de plus en plus souvent confrontés au bruit et à la pollution engendrés par les engins motorisés et à l’égoïsme de leurs conducteurs : trials et quads en été, motoneiges en hiver.

Situation juridique

Les quads et les motoneiges sont utilisés pour les activités agricoles et l’exploitation forestière. Mais ces engins sont aussi de plus en plus utilisés de façon abusive par des particuliers à des fins de loisirs, trop souvent à la limite de la légalité ou de façon parfaitement illégale.

La législation suisse sur les routes et les voies de circulation est très claire: la loi sur le trafic routier (article 43, LTR) stipule que les véhicules automobiles et les cycles ne peuvent pas emprunter les chemins qui ne se prêtent pas ou ne sont manifestement pas destinés à leur circulation, par exemple les chemins réservés aux piétons ou au tourisme pédestre. Malheureusement, les textes législatifs ne donnent pas encore, ou trop peu, d'indications transparentes pour la circulation en dehors des voies publiques. La forêt constitue ici une exception, grâce à la Loi fédérale sur les forêts (art. 15, LFo).

L’expérience montre que la pratique des loisirs motorisés est souvent illégale : soit les engins sont équipés d’accessoires non autorisés, soit ils évoluent en toute illégalité dans la nature sans que personne n’intervienne. Mais qu’il soit légal ou non, le trafic tout-terrain (« offroad ») constitue une menace pour la sécurité. Le bruit est une source de perturbation et fait fuir les animaux et les humains, et les roues ou les chenilles détruisent la végétation.

Signaler des pratiques illégales

Pour pouvoir agir contre le trafic tout-terrain illégal, nous avons besoin de vos témoignages. Pour signaler une observation, il faut des témoins, des photos de l’engin ou de ses traces, le lieu et l’heure de l’observation, une description des faits, et dans l’idéal le numéro d’immatriculation de l’engin. Ces observations peuvent être adressées au bureau de police concerné, à l’administration de la chasse et/ou au garde-chasse compétent. Dans tous les cas, merci de bien vouloir nous en informer, afin que nous puissions en surveiller l'évolution et accroître la pression auprès des organismes responsables.

Ce que nous faisons :

  • Pratiques illégales des loisirs motorisés : nous nous mobilisons pour dénoncer les pratiques illégales en pleine nature.
  • Communication : nous sensibilisons le public par le biais de campagnes dans les médias, de manifestations et d’actions en justice.
  • Action politique : nous exigeons des autorités la mise en place d’une législation claire et transparente au niveau fédéral.
  • Contrôles : nous demandons que l’application de la loi soit garantie par des contrôles plus fréquents.
  • Sensibilisation : nous nous efforçons de sensibiliser la population – en particulier les utilisateurs et les vendeurs d’engins tout-terrain – aux impacts des pratiques illégales. Nous demandons aux utilisateurs d’adopter des comportements responsables et respectueux de la nature.
  • Travail en réseau : nous invitons d’autres organisations de défense de la nature et de l’environnement à se joindre à nos revendications et à les soutenir avec nous.

Liens complémentaires :

Avez-vous déjà observé des pratiques illégales des loisirs motorisés ? Contactez-nous : info(at)mountainwilderness.ch