Laboratoire à idées «Espaces Sauvages»

Nous explorons de nouvelles voies et soutenons le changement à travers des exemples positifs. Pour ce faire nous développons à Kandersteg avec des partenaires locaux des idées sur comment promouvoir les espaces sauvages. Lors d’un atelier fin novembre 2020, nous avons déjà formulé 119 idées. À partir desquelles nous avons élaboré des projets concrets, que nous aidons à mettre en œuvre et faisons connaître. C’est comme cela que nous faisons prendre conscience de la valeur des espaces sauvages et protégeons les derniers paysages naturels intacts.

Les espaces sauvages son essentielle et pourtant chaque année une partie en est perdue. Ce sont en particulier les nouvelles infrastructures qui détruisent des paysages naturels autrefois intacts. En Suisse, on est jusqu’ici rarement parvenu à protéger la nature sauvage via des grandes superficies d’espaces protégés. Il est ardu de transmettre la conscience de la valeur des espaces non bâtis et non utilisés.

C’est pourquoi nous explorons de nouvelles voies à Kandersteg. En collaboration avec des partenaires locaux nous essayons de lancer des projets concrets. Ils doivent favoriser une meilleure appréciation de ce qu’apporte la nature sauvage. Ce que nous apprécions, nous en prenons aussi soin. Ainsi il n’est pas impératif d‘avoir des espaces protégés pour préserver à long terme les espaces sauvages. Kandersteg est pour cela un partenaire idéal: la région a su préserver en grande partie des joyaux de la nature tels que la vallée de Gastertal. En parallèle le tourisme est confronté à une évolution: les visiteurs restent souvent seulement pour une courte durée, les déchets et le bruit gâchent les lieux populaires comme le lac d‘Oeschinen. 

Déjà 119 idées émises

De bons projets nécessitent de bonnes idées. C’est pour cela que nous avons invité à former un groupe de réflexion sur la nature sauvage fin novembre à Kandersteg. En raison de la pandémie de Covid, l’atelier n’a pas pu se dérouler sur place. Grâce à l’implication de l’équipe d’organisation expérimentée de BrainStore nous avons tout de même pu mener une variante raccourcie de l’atelier du 27 au 28 novembre – simplement en ligne.

Presque 30 personnes, parmi lesquelles certaines de Kandersteg, des spécialistes externes ainsi que des passionnés de montagne, ont développé lors d’un processus fulgurant et créatif 199 idées au total, visant la promotion des espaces sauvages. Un grand merci pour cet engagement!

Réaliser ces idées et les diffuser

Parmi ce vaste ensemble d’idées nous allons en sélectionner une poignée et continuer à les développer. Pour cela nous allons début 2021 les comparer selon nos critères, les affiner, regrouper les idées similaires, et trier, jusqu’à conserver entre 5 et 9 idées. Nous essaierons de concrétiser ces idées de façon à ce que soient développés des projets auxquels un organisme approprié soit en mesure de s’atteler. Nous allons dans tous les cas suivre un des projets de façon intensive. Nous nous assurons également que d’autres personnes et régions entendent parler de ces projets. Ainsi nous pouvons les inspirer à devenir eux-mêmes acteurs

Qui sont les acteurs de ce groupe de réflexion

Le groupe de réflexion est conjointement soutenu par les organisations suivantes:

  • Mountain Wilderness Suisse (Responsabilité principale)
  • natürlich ! Kandersteg (Partenaire local)
  • CIPRA Suisse (Expertise en développement des régions de montagnes et tourisme proche de la nature)
  • CIPRA International (Expertise en développement des régions de montagnes et méthodologie)
  • OST – Ostschweizer Fachhochsule, Forschungsgebiet Raumentwicklung und Landschaftsarchitektur (Contributions techniques spécialisées)
  • Zürcher Hochschule für angewandte Wissenschaften ZHAW, Forschungsbereich Tourismus und nachhaltige Entwicklung (Contributions techniques spécialisées)

Le réseau BrainStore a mené l’atelier en ligne du 27-28 novembre, techniquement et en terme de contenu.

Promu par:

Alice Meyer Stiftung
Karl Mayer Stiftung
Sophie und Karl Binding Stiftung
Stiftung Ormella
Stiftung Uranus