Installations obsolètes

La limite des chutes de neige remonte, les dangers naturels s'accroissent, la concurrence entre les destinations touristiques se durcit. Ce qui n'est plus rentable fait faillite. Le démantèlement est certes prescrit par la loi mais souvent les moyens manquent : de tristes ruines, inutiles et nocives pour l'environnement, enlaidissent un paysage de montagne où peu de temps avant les visiteurs s'amusaient encore : vieilles remontées mécaniques, installations militaires abandonnés ou - comme dans notre cas - bâtiments inutilisés. Mountain Wilderness veut rendre ces sites à la nature, c'est là l'objet de notre campagne « Installations obsolètes ».

Réglé par la loi

Le cadre légal du démantèlement des installations obsolètes n'est pas totalement clair. Par exemple ce n'est que depuis la nouvelle loi de 2007 sur les remontées mécaniques qu'existe une obligation de démantèlement des installations inutilisées. Dans le domaine militaire, de nombreuses vieilles installations sont classées comme monuments historiques (même si elles sont à l'abandon depuis longtemps et à l'état de ruines). Dans le secteur de l'énergie également, de nombreuses installations d'aide à la construction des barrages n'ont jamais été démontées. Souvent par manque de moyens financiers. Les endroits dont l'exploitation par notre société n'est aujourd'hui plus nécessaire ou plus justifiée doivent être rendus à la nature. Là où la nature ne peut pas effacer elle-même les traces humaines, des mesures s'imposent. Avec sa campagne "Installations obsolètes", MW Suisse souhaite sensibiliser le grand public à la problématique des aménagements abandonnés et aboutir à une prise de conscience par les responsables de leur responsabilité juridique ainsi qu'à un démantèlement des installations inutilisées.

Une cabane de bois à dos de cheval

Une douzaine de bénévoles de Mountain Wilderness Suisse ont démonté en octobre 2014 sur le Safierberg (GR) une cabane de bois vétuste et sans propriétaire datant d'avant la seconde guerre mondiale. Les matériaux ont ensuite été descendus en vallée en novembre 2015 - de la façon la plus durable qui soit. 20 chevaux des Franches-montagnes, accompagnés par 35 soldats de la 13ème colonne de l'armée suisse, ont transporté près de 8 tonnes de matériaux à la force du jarret jusqu’au fond de la vallée. L'histoire se poursuit dans le village de Splügen où les matériaux sont soit recyclés selon les règles de l'art soit transformés en meubles par la scierie locale «Decasper Driftwood».

Liens complémentaires :