Mountain Wilderness Schweiz
twitter.com icon
facebook.com icon

Les remontées mécaniques obsolètes

Un tiers des installations mécaniques sont menacées de fermeture car elles ne génèrent pas assez de profit. Le nombre d'adeptes des sports d'hiver stagne depuis des années. Et la neige devient en raison du réchauffement climatique de plus en plus rare en dessous de 1500 m : ici les pistes deviennent aussi vertes que des terrains de golf. Dans un avenir proche 30 à 40 % des stations suisses devront renoncer aux sports d’hiver à cause du manque de neige.

Malheureusement on s’aperçoit de plus en plus souvent d’une fuite vers le haut. Les stations construisent constamment des nouvelles remontées mécaniques à de hautes altitudes, comme par exemple sur des glaciers (Laucherenalp, VS). Les vielles installations devenues obsolètes et non rentables sont ainsi laissées à l’abandon. A l’heure actuelle, dans les alpes suisses, nous en dénombrons plus de 60 ! Ceci malgré la nouvelles loi sur les remontées mécaniques qui oblige le démontage des installations laissées à l’abandon.

Installations militaires

Après diverses réformes de l'Armée, environ 12'000 installations militaires ont devenues inutiles. Un inventaire définit lesquelles de ces installations doivent pour des raisons de la protection du patroimoine être préservées. La plus grande partie de ces installations pourtant et déstinée à la vente ou devrait être utilisée à d’autres fins : une nuisance supplémentaire pour nos alpes ! Pour des raison de financement, le démantèlement est pris en compte seulement si les objets nuisent au paysage ou à la sécurité. 

Installations électriques

Les barrages ainsi que les pylônes électriques sont nécessaires pour l’approvisionnement électrique et sont plus ou moins acceptés dans le paysage. Mais une chose ne doit pas être tolérée : les restes ainsi que les déchets des chantiers passés: par exemple les vieux câbles rouillés, la vieille ferraille, les décombres, ainsi que toutes les traces laissées par les chantiers (galeries, routes d’accès…) L’entreprise électrique Oberhasli AG (KWO), propriétaire du barrage du Grimsel, a depuis longtemps une stratégie visant à effacer les traces du passée. Depuis 10 ans ils ont déjà investi 1.6 millions CHF au démantèlement des constructions obsolètes, et 1.5 millions CHF supplémentaires sont budgétés. C'est déjà ça! L’entreprise Grande-Dixence SA par contre a laissé à Prafleuri, ancien chantier du barrage, un paysage dévasté.